4 Commentaires pour “CLAUDE GUEANT. « Accepter le vote des étrangers, c’est la porte ouverte au communautarisme. »”

  1. Lorient dit :

    Claude Guéant n’est qu’un Talleyrand sans bas de soie.

  2. Valmont dit :

    Claude Guéant restera comme une tache sur l’Histoire de France.

  3. Balarizaaf dit :

    Il est assez navrant de constater que tous les bien-pensants qui s’indignent à la seule mention du mot hallal ne discutent nullement du fond, mais se contentent d’éluder la question, comme si la thématique de la souffrance animale, du rapport de l’homme au vivant, de la liberté de conscience et de choix de ceux qui refusent de cautionner de telles pratiques n’ont aucune espèce d’importance.
    Quiconque ose se braver à soulever la question ne se heurte en effet qu’à l’argumentaire habituel qui consiste à justifier la barbarie en invoquant l’existence d’autres supplices tous aussi abjects tels que la corrida, le triste sort des animaux de laboratoire ou encore, de manière plus générale, les conditions d’existence déplorables des animaux d’élevage. Il est vrai que l’abattage rituel des animaux est malheureusement loin d’être la seule pratique infâme du genre, mais le fait qu’il existe d’autres sévices immondes infligés à l’animal ne justifie pour autant en rien une telle barbarie. Bien au contraire, un tel débat constitue justement enfin l’occasion de placer sur la table le thème de la souffrance animale sous toutes ses formes, car quelle force, quelle crédibilité peuvent donc avoir les critiques adressées à toutes les formes de souffrance animale, si dans le même temps chèvres, moutons et volailles continuent à être massacrés au quotidien de la plus abjecte des manières et dans l’impunité la plus totale ? Qui plus est, il est assez surprenant de constater que des cultes qui se prétendent l’incarnation par excellence de valeurs de miséricorde et de compassion, se défaussent en invoquant les violences contre les animaux existant par ailleurs, alors même que cette prétendue excellence devrait naturellement leur imposer une exemplarité toute particulière. Bien curieuse façon, en effet, de rendre hommage à un Dieu d’amour qu’en torturant à mort ses créatures!
    En outre, certains défendent de manière aberrante la généralisation de telles pratiques au nom d’une prétendue liberté de conscience, mais dans ce cas là qu’en est-il alors de la liberté de conscience de ceux qui refusent de manger une telle viande? Apparemment certaines libertés de conscience priment sur d’autre, justifiant la soumission des non-musulmans à la norme de l’Islam.

  4. Hanky dit :

    La France coloniale n’est pas si éloignée que nous, finalement..
    L’égalité et la fraternité se font dans le communautarisme.
    Serait-ce une négation pure et simple des valeurs (officielles) de la république ?

Laissez un commentaire